Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 03:04
   
Franc-Maçonnerie&Spiritualité
Force est de constater que dans l'espace occidental, nous ne savons que trés peu de choses sur les Compagnons, sur l'implantation des premiers Ateliers, et sur la nature de leur Rituel  originel ... Je pense avoir identifié un de ces premiers Ateliers et au moins en ce sens, on peut dire que la chapelle Saint Jean du Grés de Fontvieille est un site EXCEPTIONNEL...
Les Compagnons étaient spécialisés essentiellement dans la construction d'édifices religieux, ils travaillaient le plus souvent à la solde des ordres monastiques.
En ce sens aussi, l'étude du raisonnement géométrique des Compagnons des origines va nous rapprocher semble - t - il de l'organisation architecturale interne des églises primitives... Comme c'est le cas par exemple des "Chaires à Prêcher" que sont le Pupitre et les Ambons:
Le Pupitre est une sorte de petite tribune élevée au-dessus du sol des églises (à Saint Jean du Grés, il s'agit de l'abside), des cloîtres ou des réfectoires de monastères, destinée à recevoir un lecteur ou prédicateur. On donne encore à ce pupitre le nom d'analogium, parce qu'on y lit et qu'on y annonce la parole de Dieu... On l'appelle aussi Ambon, de ambiendo, entourer, parce qu'il entoure comme d'une ceinture celui qui y monte.»
Dans les églises primitives, il n'y avait pas, à proprement parler, de chaires à prêcher, mais deux Ambons  placés des deux côtés du chœur pour lire l'épître et l'Évangile aux fidèles (dans le cas dont nous traitons, il s'agit des deux sièges presbythéraux, de part et d'autre de l'entrée).
Qui étaient ces hommes ?
    Les Honnêtes Compagnons Passants Tailleurs de Pierre du Devoir, enfants de Maître Jacques, surnommés les « loups-garous », faisaient remonter l’origine de leur société en l’an 558 avant Jésus-Christ et se plaçaient à la tête de tous les autres corps du Devoir.
Les Compagnons Tailleurs de pierre Etrangers ou « loups » constituaient une autre société aux origines tout aussi lointaines, associée à la construction du temple de Salomon.
     Compagnons et Franc-maçons : on sait que le symbolisme maçonnique (la Maçonnerie spéculative) s'est inspiré trés fortement de la pensée des Compagnons (la Maçonnerie opérative) en général et donc de leur raisonnement géométrique en particulier.
De fait, l'identification et la lecture architecturale d'un ancien Atelier corporatiste, nous emmène trés certainement vers la bonne compréhension de la géométrie d'un Temple maçonnique et donc d'un Rite, qui ne peut - être que le Rite de Pythagore, rite qu'on sait avoir existé, mais sur lequel rien n'a transpiré...
Voici ci - dessous, mon étude de la "chapelle Saint Jean du Grés" de Fontvieille. Tout du moins la première partie de ce que nous appellerons la DEMARCHE DE PERFECTION à savoir la mise en évidence des outils de base : la REGLE et L'EQUERRE ....    
       Saint Jean, IGN 001-copie-1
Encadrés en rouge : la chapelle Saint Jean et les carrières de pierres
Carte IGN n° 3043 OT
     
DSCN0575.JPG
Mais sur la carte de Cassini, figurent deux "chapelles Saint Jean"...
Quelqu'un peut-il nous éclairer ?...
" ICI TOUT EST GEOMETRIE "
    
 
 
PREAMBULE : Ce travail de recherches sur la chapelle Saint Jean de FONTVIEILLE, San Joannes de Grisio, présente à mes yeux une importance capitale dans le domaine de la recherche du Rite Originel (d'abord celui du Compagnonage, puis bien plus tard celui de la Franc-maçonnerie, certainement identifié sous le nom de Rite de Pythagore). Dans ce pays de carrières de pierres que sont les Alpilles, régi à la fin du premier millénaire, par la déjà toute puissante abbaye Bénédictine de Montmajour, les Maîtres Carriers se sont trés certainement organisés à l'identique de ceux de STRASBOURG, en 1015... D'autant, que ces deux puissances économiques de l'époque, ont appartenu à la territorialité du Saint Empire Romain Germanique, dont la ville d'Arles était une des frontières occidentales ...
Mon raisonnement concernant la logique de construction a été le suivant :
" L'histoire et le plan du lieu montrent que l'édifice a été érigé par et pour les Compagnons Tailleurs de Pierres, lesquels travaillaient exclusivement pour le compte des différents Prieurs de l'abbaye de Montmajour...
Si cette idée est exacte, et si ce lieu a bien été voulu comme devant être une Loge de Tailleurs de Pierres, il est bien évident que le Maître d'Oeuvre a suivi une logique de pensée et de construction permettant de pouvoir y appliquer le RITUEL d'une Tenue. Or vu l'ancienneté du bâtiment, dâté du début de l'art roman provençal, on peut admettre que le raisonnement du Batisseur a suivi une ligne de conduite voulue pour la pratique d'un RITE, que l'on peut qualifier d'Originel...
Ma démonstration motivée par ce que nous savons du symbolisme maçonnique, reposera sur quelques notions élémentaires de Géométrie (ou l'art de mesurer la Terre), et de ce que l'Homme peut faire avec un cadran solaire plan (ou la manifestation de l'Ombre et de la Lumière de l'astre solaire sur la Terre).
Au travers de quelques symboles, nous verrons ci-dessous que la compréhension de la logique du Maître d'Oeuvre, permet d'établir un lien, ne serait - ce que par le Rituel, entre Compagnons et Franc-maçons d'hier et d'aujourd'hui; sachant qu'à mon avis les Franc-maçons en perdant le dit "Rite de Pythagore" (Rite trés peu connu, pratiqué vers 1774 uniquement par les membres du premier Grand Chapitre Général du Grand Orient de France), mais aussi en inventant une foule de Rites, bien souvent fantasques, se sont éloignés du Rituel pratiqué par les Opératifs...
Notez bien que cet article, n'est qu'une introduction à la recherche du Rite de Pythagore, Rite sur lequel nous donnerons une approche dans un article à venir...
Lisez cette Planche, faites-vous vôtre opinion  et que la Parole circule " ....
 
saint-jean-ouvertures-003.JPG
tombeau 003
 L'actuel mas du moulin à huile "Saint Jean" et ancienne cure de la chapelle
En dessous: la chapelle Saint Jean du Grés    
 
 
Blottie au milieu des oliviers, dans un paysage typiquement provençal tout proche de Fontvieille dans les Alpilles, la chapelle de Saint Jean du Grés, a certainement le mérite de nous plonger directement dans l'archéologie du Temple maçonnique, que nous savons être le descendant de la Loge compagnonnique... A propos du patronyme, de quel Saint Jean s'agit-il ? De l'Evangéliste ou du Baptiste ?
La réponse à cette question restera un mystère encore plus épais, aprés la découverte en 1906 dans l'abside, sous une couche de badigeon, d'une inscription en latin, datée du XI ème siècle et traduite " Kalendes de Juin, église Saint Jean Baptiste l'Evangéliste" (Destandau, in Bulletin archéologique d'Arles, 1906).
saint-jean-interieur-019.JPG
On notera que les Templiers utilisaient indifférament les deux patronymes...
Le village de Fontvieille, présente la caractéristique d'avoir été, à toutes les époques, un haut - lieu d'extraction et de la taille de pierres, et a donc hébergé dés le Moyen - Age des Maçons Opératifs (les Compagnons). Ces Maçons furent  présents sur le site durant plusieurs siècles et s'y installèrent donc durablement; de fait, ils eurent leur propre lieu de réunion (la Loge) et trés certainement aussi leur propre lieu d'hébergement (la Cayenne), lieu que nous détaillerons par la suite.
Dans le présent article, nous allons nous intéresser à ce que fut trés certainement leur implantation locale dont voici ci-dessous la vue aérienne:
Leur Loge - Atelier : l'actuelle chapelle Saint Jean du Grés, souligné à gauche de la photo.
- Leur Cayenne ou lieu de vie, situé  à 200 mètres environ à l'arrière de la chapelle, et à l'Est du monument. Les vestiges de l'ensemble des batiments, ont été détruits par l'implantation de serres agricoles d'abord, puis de nos jours par une oliveraie.
Saint-Jean-aerien-001.jpg
 
On sait que cet édifice fut construit avant 1067, date où les Bénédictins de Montmajour, venant tout juste de prendre possession de leurs territoires, vont en faire l'acquisition... Ce détail est trés intéressant, surtout lorsqu'on sait d'une part que de tous temps les moines protégèrent les Constructeurs, et que d'autre part, peu de temps avant la Révolution, les premières Loges maçonniques, avaient bien souvent leur siège dans les abbayes Bénédictines, comme ce fut le cas (entre autres) de la première Loge arlésienne siégeant à ... L'abbaye de Montmajour !... Ou dans une de ses propriétés, ce qui était le cas du site Saint Jean du Grés ... Tant il est vrai que sur le plan architectural, aucune salle de l'actuelle abbaye peut nous laisser penser qu'il existait là, une Loge... Et c'est vrai, qu'en cette période où il ne faisait pas bon d'appartenir à la Maçonnerie, la discrétion était obligatoire, et de fait, le site de Saint Jean du Grés, ne serait-ce que par son isolement géographique présentait de multiples atouts....
De la suite de l'histoire du lieu, on sait par une enquête réalisée en 1269, qu'une voie saunière partant de Barbegal, passant par Saint Victor, Saint Jean du grés, Saint Peyre, arrivait à Saint Etienne du Grés et tout au plus que Saint Jean du Grés fut la chapelle paroissiale de Fontvieille jusqu'en 1665, c'est tout du moins ce qui est avançé sur le plan local.
A partir de 1681, sera organisé le 24 juin de chaque année, un pélerinage, tout comme d'ailleurs les Templiers qui fêtaient la Saint Jean, le 24 juin ...
Nous pensons que les Tailleurs de pierre quant à eux restèrent en ce lieu jusqu'en 1593, date à laquelle les Bénédictins de Montmajour furent pour le moins inquiétés par les ultra-catholiques... 1593, c'est le début du déclin de la puissance de Montmajour, et donc de tous ses sattelites...
Sur place, rien ne prouve la présence d'un ancien village, on connait par contre le territoire rattaché à Saint Jean du Grés... Il était trés étendu (Tout l'ouest des Alpilles, la plaine du Trébon et le site du village actuel de Fontvieille)... Curieusement il s'agit ni plus ni moins du territoire des Templiers locaux en général et de ceux de la commanderie de Lansac en particulier !.... 
La première Loge maçonnique loco - régionale d'obédience Mauriste (regroupant les Francs-maçons d'Arles, Montmajour, Tarascon et alentours) apparaitra vers 1780, époque où la chapelle Saint Jean est désormais fermée à la dévotion et remplacée par l'actuel lieu de culte (Saint Pierre es Liens) du village ....
Au moins dés le XIème siècle, les Constructeurs (du territoire du Saint Empire Romain Germanique) vont adapter l'édifice originel à leurs pratiques rituéliques propres, en lui ajoutant une abside en cul-de-four (là où en Franc-maçonnerie, siège le Vénérable), et une fenêtre :
 
tombeau 006
 L'abside vue de l'extérieur
saint-jean-ouvertures-002.JPG
Ouverture extérieure de l'abside
 
En modifiant aussi la porte d'entrée, telle qu'elle se présente de nos jours (elle était trés large au sud et devient trés étroite à l'ouest).
Cet édifice présente une autre particularité: il n'y a aucune marque de tacherons sur la pierre... Ce qui tendrai bien à dire que ce monument a été construit bénévolement (en ce sens que les Tailleurs de Pierre marquaient leur travail pour se faire payer) et donc pour leur propre compte....
 
Fichier:Chapelle Saint Jean Fontvieille 5.jpg
La porte d'entrée, aux dimensions de 0.88m / 2.27m
 
La construction des quatre éléguants contreforts ajourés, surmontés chacun d'une gargouille, daterait du XVI ème, époque où les catholiques prennent possession du site ...
 
tombeau 004
  Les 3 "Lumières" barraudées au sud et l'ancienne porte
         
saint-jean-ouvertures-001.JPG
Le barreaudage extérieur des ouvertures du Sud
 
 
LA METODE DE CONSTRUCTION
 
Comme bon nombre d'églises romanes originelles, construites dans la région provençale, c'est la simplicité et le dépouillement architectural qui prédomine... Le plan de l'édifice est trés particulier voire évocateur et montre :
 
chapelle Saint Jean 001
Le plan du Temple Saint Jean du Grés
NB: L'auteur a omis l'ouverture de l'abside
- Qu'il fut conçu dés ses origines bénédictines sur le mode 21, comprendre selon les proportions 2/1, la longueur étant le double de la largeur.
 
-  Que deux bancs de pierre, hauts de 53 cm (1 coudée), courent le long des murs Nord et Sud.
 
saint-jean-interieur-017.JPG
Les bancs de pierre sur les côtés Nord et Sud
 
- Que de part et d'autres de la nouvelle porte d'entrée, existait un siège presbytéral avec accoudoirs (encore présents vers 1974, ils furent victimes d'une rénovation pour le moins mal maitrisée; ils ont disparus de nos jours). C'était peut être la place des 2 Jacques de la légende :
Saint Jacques au bâton
Saint Jacques au Bâton
Le Maître de Cérémonies des Compagnons ?
 
Saint Jacques à l'épée
Saint Jacques à l'Epée
  Le Couvreur des Compagnons ?
- Que les "Lumières" ou ouvertures, sont réparties sur les murs, OUEST (porte d'entrée), EST (abside) et SUD (les 3 lucarnes de 2 coudées de hauteur chacune ou "Portes du Soleil").
    Dans leurs axes, les 3 fenêtres du Sud sont espacées de 7 coudées (3.71 m); on notera que ces 3 ouvertures sont chacune équipées d'un barreau vertical, détail qui, vu l'étroitesse extérieure des ouvertures, n'a aucune utilité sur le plan pratique... Leur présence est donc essentiellement l'illustration d'un symbole ... De plus, on notera que la forme des fenêtres du sud est trés particulière; leur morphologie est en rapport avec les meurtrières des châteaux : étroites à l'extérieur et évasées vers l'intérieur.
A l'intérieur, les bases de ces  fenêtres sont également à 7 coudées de haut :
saint-jean-interieur-021.JPG 
saint-jean-interieur-018.JPG
    L'ouverture de l'abside vue de l'intérieur
Pour l'analyse géométrique du lieu, c'est bien depuis ces 3 fenêtres (si importantes dans les différents rituels) que va découler tout le raisonnement de l'architecte... On notera que ces 3 fenêtres sont placées au Sud, alors que les rituels maçonniques les placent chacune respectivement au Sud, Est et Ouest. Ces situations au Sud seront capitales pour la suite du raisonnement architectural ...
 
Bref, TOUT dans cette singulière construction, évoque dans un premier temps l'Harmonie résultant, grâce à la Lumière solaire, de la mise en évidence de la Section Dorée et dans un second temps, les pratiques rituelles chères aux Compagnons puis aux Franc-Maçons. Cette observation nous emmènera à aborder les éléments de la géométrie dite sacrée, qui présida trés certainement à la modification de ce Temple, par le biais d'une volonté certaine de DEMARCHE DE PERFECTION ... En quoi consiste cette Démarche ?
   On peut la définir comme étant la logique de raisonnement qui anime depuis toujours Compagnons et Franc-Maçons. Ces deux sociétés ont adopté depuis leurs origines respectives, la pensée grecque qui décrivait la philosophie de l'Humanité  en mettant en avant la pensée républicaine de Socrate et les techniques de mesure de la Terre (Géo-métrie) de Pytagore... 
Cette logique de pensée repose donc sur la mise en évidence de la section dorée; on la retrouve bien entendu dans l'idéologie de la structure spaciale des Temples ou Loges, mais aussi dans TOUS les Rituels d'Ouverture des Travaux maçonniques ...
Quelques lignes d'abord, pour décrire aux profanes, la décoration basique d'un Temple maçonnique...  Dans la salle où se tiend la Tenue, TOUT est SYMBOLE... Cette salle que nous appelons le TEMPLE, représente une surface rectangle, aux dimensions 2/1, dont le fond est 1/2 circulaire et surélevé de 3 marches. Le Temple est peint en bleu, le plafond figure le COSMOS parsemé d'étoiles.
Dans notre système d'orientation basé sur les 4 points cardinaux, cette direction demi-circulaire, c'est l'ORIENT; pour faire bref, c'est l'endroit où sont réunis les symbôles matériels dits de Perfection ( un candélabre à 3 branches, un maillet, une épée flamboyante, un compas, une équerre, le Livre de la loi Maçonnique) et humains ( le Vénérable, l'Orateur, le Secrétaire).
A un niveau inférieur toujours à l'ORIENT, se trouvent côté NORD, le Frère Hospitalier et côté SUD, le Trésorier. C'est symboliquement le siège de la Lumière, elle même symbolisée par le TRIANGLE lumineux.
En face se trouve la porte d'entrée : l'OCCIDENT. Cette porte est encadrée (côté NORD et côté SUD), de 2 colonnes aux pieds desquelles sont assis le Premier (au SUD) et le Second Surveillant (au NORD). Suivant leur grade et qualité, les Frères siègent sur des bancs, soit au NORD, soit au SUD....
Nos recherches montrent que la forme du Temple et que la répartition géographique des participants, est originaire des Ordres monastiques (les Bénédictins de Montmajour, par exemple) en général, puis de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem en particulier...
A noter que les Pénitents du Midi et tout particulièrement les Pénitents Blancs (confréries dans lesquelles étaient réunies les corporations de métiers, dont les Tailleurs de pierre), adoptèrent ce même mode de répartition dans le Temple.
 
   
 
Les anciens propriétaires locaux
 
 
Avec la chapelle Saint Victor (sur la route d'Arles), Saint Jean du Grés appartenait à la Barronnie de Castellet (entre Arles et Fontvieille), elle même dépendant du célébrissime monastère Saint Victor de Marseille, qui fut un haut - lieu Templiers (ne serait - ce que par la présence de Roncelin de Fos, un des Maîtres secrets du Temple).
On sait qu'en 974 Teucinde, une riche héritière d'Arles, fit don au monastère Saint Victor de Marseille de l'ensemble de ses propriétés rattachées à Montmajour, dont Saint Jean du Grés, lieu autrefois occupé par les romains (passage de l'aqueduc des Alpilles au sud de la chapelle).
Le don de Saint Jean du Grés fut reçu par l'abbé de Montmajour du nom de ROLLAND en 1067 (il s'agit certainement du même personnage qui fit construire à ARLES la tour dite de ROLLAND). 
Sous les abbés de Montmajour il semble que la période du règne de Pierre de Canillac, qui fut en effet abbé de Montmajour de 1338 à 1353, puis évêque de Saint-Pons-de-Thomières et enfin évêque de Maguelone, sera la plus productive de commandes architecturales ...
De toute évidence, cet homme dont le frère, Raymond, aurait dû devenir Pape, fut un grand constructeur local et donc protecteur des Tailleurs de pierres, puisqu'on lui doit au moins la fameuse Tour du Cardinal à Saint Rémy de Provence et la Tour des Abbés à Fontvieille :
 
Fichier:Tour des Abbés Fontvieille by Malost.JPG
   La Tour de l'Abbé à Fontvieille
      
 
A SUIVRE ...  
Je publie la première partie de cette étude à la demande de nombre de lecteurs... Au moins, une seconde partie va suivre et concernera le décryptage géomérique de l'édifice... C'est fascinant... Un peu de patience...
 
 
 
 
 

Partager cet article

commentaires