Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 08:41
Le clocher.
Le clocher.

Le clocher.

 

PIERREDON : une fille de l’Ordre de Chalais

 

Le site de Chalais (région de Grenoble) a été témoin d’une histoire comparable à celle de Cîteaux, puisqu’il fut le berceau d’un ordre monastique véritable, qui eut son ère de prospérité.

Au début du XII°siècle, peu après l’arrivée de saint Bruno à la Chartreuse, saint Hugues de Châteauneuf, évêque de Grenoble, établit quelques moines dans le domaine de Chalais, au-dessus de Voreppe, à quelques heures de marche de la Grande Chartreuse, face au Vercors. On les appelait « les ermites de Chalais ».

Leur église devint abbatiale en 1125, et peu à peu la renommée et la prospérité de Chalais les amenèrent à fonder des filiales, si bien que Chalais se trouva abbaye-mère d’un véritable ordre monastique : l’ordre de Chalais.

En 1205, celui-ci est à son apogée avec dix abbayes et trois prieurés. Les ramifications de l’ordre manifestent sa vocation montagnarde, forestière et pastorale.

L’ordre eut vite sa propre règle, la « Charte de Charité de Chalais ». La fin du XIII°siècle voit le déclin de l’ordre : Trop peu de ressources, développement plus rapide de Cîteaux et de la Grande Chartreuse, essais de fusion avec des ordres plus prospères. Finalement le 24décembre 1303, l’évêque de Grenoble remet Chalais à la Grande Chartreuse.

L'abbaye de Pierredon rejoindra l'abbaye de Boscodon (prés d'Embrun).

 

 

 

plandesituation

 

LE SITE

 

Pierredon est une propriété privée. Pour s'y rendre, découvrir le site et apercevoir son clocheton roman, le seul conservé dans les abbayes chalaisiennes subsistantes : Prendre la D 24 au départ de Mouriès en direction d'Eygalières ; à 4 km 500 environ prendre à Le Destet à gauche la D 78 en direction de Maussane ; à 1 km environ, à droite une petite route indique Pierredon.

 

 

 

SON HISTOIRE

 

 

Dernière née des abbayes chalaisiennes après Valbonne (1199), la plus méridionale, l'abbaye de Pierredon (ou Puyredon) (1205) est située au cœur des Alpilles dans une cuvette en bout de vallée au milieu des bois et des prairies à proximité de Mouriès.

 

En 1205, Michel de Mouriès, évêque d'Arles cède à Jourdan et Guillaume abbés respectifs de Chalais et Boscodon l'église de Sainte Marie de Pierredon pour y établir une abbaye avec un abbé et douze moines ; ainsi les moines purent-ils utiliser immédiatement un lieu de culte en excellent état, dont la modestie et l'austérité correspondait parfaitement à l'esprit qui les caractérisait.

Malgré tout, la nouvelle communauté, respectueuse des canons architecturaux de l'Ordre entreprit la modification des lieux en construisant le croisillon nord de la chapelle ; le mur du croisillon est doublé en attente de voûte, une armoire est également ébauchée ; le tracé des travaux à effectuer est matérialisé au sol, notamment le chœur plat et le croisillon sud.

Jusqu'en 1257 Pierredon se développe rapidement : dons, achats de terres, de moulins ; mais de graves conflits opposent l'archevêque Jean de Baussan aux consuls de la République d'Arles. Le célèbre Barral des Baux, seigneur dont dépend l'abbaye, hostile au clergé, est appelé au gouvernement de la République d'Arles. Les domaines ecclésiastiques sont saccagés. Rivalités, réconciliations se succèdent.

Le 20 novembre 1257 Bernard Rostaing abbé à Pierredon et ses frères cèdent à Barral des Baux tous les droits, cens et tasques qu'ils possèdent au château de Mouries et tout son territoire.

Ces troubles ont lourdement pesé sur la prospérité et les travaux des moines, interrompant leur projet de mise en conformité avec les règles de l'Ordre.

A compter de cette date les archives deviennent muettes.

En 1312 l'abbaye de Boscodon, récupère Pierredon comme prieuré qui en demeurera une dépendance jusqu'en 1550.

Toutes les fondations chalaisiennes s'uniront les unes après les autres à d'autres institutions ; seule Boscodon persistera mais en changeant de règle en 1407.

Sainte Marie de Pierredon sera sécularisée le 26 mai 1550 et selon toute vraisemblance achetée alors par la commune de Saint Rémy.

Le tracé du monastère se retrouve encore très nettement visible bien qu'englobé dans les bâtiments édifiés au cours des siècles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cigs coupon 09/07/2015 10:59

An authentic snail snail mail obtaining make just about any plenty related to reality and will also be delivering adequate exprences combined with take into

consideration.

cigs coupon 09/07/2015 10:59

An authentic snail snail mail obtaining make just about any plenty related to reality and will also be delivering adequate exprences combined with take into

consideration.