Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 04:07
         
 

ATTENTION
A LA DELINQUANCE SUR ARLES 
 
 
En prélude à la Feria du Riz, l’Espace Toros des corrales d’Arles sera inauguré :
 
Le Samedi 1er Septembre 2012 à 18H30 
 
L’Espace Toros restera ouvert au public jusqu’au jeudi 6 Septembre inclus de 11h à 19h...
Présentation des Toros de la Feria , Tientas, Courses Camarguaises etc...
(entrée gratuite)
 
 
LES MANIFESTATIONS
Du 7 au 9 septembre 2012 (Organisé par l'office de tourisme)

CAMARGUE GOURMANDE - Place de la République

FESTIVAL DU CHEVAL – Le village du Cheval - Place de la Major


14h30 - Place de la Croisière - Arènes portatives
DEMONSTRATION DE RECORTADORES
EN GOYESQUE


15h00 - Place de la Croisière - Arènes portatives
CAPEA Finale du Trophée Hommage à Pierre POULY
Organisation : L’Estrambord Moulésien – La Bandido de Moulès – Le Comité de la Féria

16h00 - Devant les Arènes - CONCERT DES PEÑAS

17h00 - Arènes d’ARLES – CORRIDA CONCOURS (organisation Arènes d’Arles)

18h00 - Boulevard des Lices - ANIMATION DES PEÑAS


19h00 - Boulevard des Lices - BANDIDO FINALE - manade LESCOT

 
La féria aux arènes du 7 au 9 Septembre 2012 
 
La Goyesque et le Concours, la relève, les figuras et des ganaderias de prestige. 
 
Vendredi 7 Septembre 
17H30 Novillada 
La Relève. jeunes, doués, ambitieux, ces trois novilleros qui se présentent à Arles, sont les plus sérieux espoirs de relève au plus haut niveau 
     
 
- Gonzalo Caballero
- Borja Jimenez
- Morales Balti (Début avec Picadors)
 
21H30 : Championnat d’Europe des Recortadores 
Le défi original des tauromachies premières : l’homme affronte le toro à mains nues en esquivant sa charge.
Les plus grandes arènes d’Espagne sont le théâtre d’un championnat national dont la finale se tient à Madrid. Pour la     première fois un championnat d’Europe est organisé : en compétition, les meilleurs récortadores Espagnols – Français et Portugais.
 
Samedi 8 septembre
 
17H30 Corrida Goyesque
 
 
Chaque année, l’art du Torero, l’art lyrique et l’art contemporain se marient à Arles lors d’un évènement unique au monde. Après Christian Lacroix, Lucien Clergue, Claude Viallat, Chambas, Formica et Ena Swansea, c’est au peintre Loren qu’a été confiée la décoration de l’amphithéâtre, tandis que la partie musicale sera assurée par l’orchestre Chicuelo II et les choeurs Voce, pour accompagner les faenas de Juan Bautista, du meilleur Rejoneador de l’histoire Pablo Hermoso de Mendoza et du torero le plus envoûtant de notre époque José Maria Manzanares. 
 
Ganaderia San Mateo et Victoriano Del Rio
 
Pablo Hermoso de Mendoza :
 
 
 
- Juan Bautista : 
 
    La tauromachie, une histoire de famille...
Fils de Luc Jalabert, ancien rejoneador, aujourd'hui éleveur de taureaux et directeur des arènes d'Arles, Jean-Baptiste grandit dans une grande familiarité avec les taureaux et manifeste très rapidement le désir de devenir torero.
« Juan Bautista », comme son ami El Juli montre, en corrida, un grand respect du taureau. Sa tauromachie est exempte de brusquerie comme de trucage.
Il représente l'un des noms montant de la renaissance de la tauromachie française.
En 2010, triomphateur de Madrid où il fut l'un des deux seuls toreros de l'année à sortir a hombros, il a toréé 40 corridas, coupé 68 oreilles et 5 queues.
  • Débuts en novillada avec picadors : 13 mars 1998 à Santiago de Querétaro (Mexique, État de Querétaro de Arteaga), novillos de Los Martínez.
  • Alternative : 11 septembre 1999 à Arles. Parrain « Espartaco », témoin César Rincón. Taureaux de Zalduendo.
  • Confirmation à Madrid : le 2 octobre 1999.
  • Confirmation à Mexico : le 29 octobre 2000.
  • Il gracie son premier taureau, nommé « Condor » de la ganadería Cortés, le 13 août 2006 à Fréjus
  • Le 6 octobre 2007, il sort en triomphe par la Grande Porte des Arènes de Madrid après avoir coupé deux oreilles à un taureau de la ganadería du Puerto de San Lorenzo.
Il est issu d'une famille modeste, ce qui est assez rare dans le milieu du rejoneo et qui aurait pu être un handicap sans son extrême maîtrise des chevaux dans tous les moments de la lidia. Dès le 12 octobre 1983, il est présent à Pampelune, avec un numéro de sauts d'obstacles étourdissant.
Il fait ses débuts le 12 octobre 1985 à Pampelune. Il passe son alternative à Tafalla le 18 août 1989 avec Manuel Vidrié comme parrain.
Il se présente le 20 mai 1995 à Madrid. Pablo Hermoso de Mendoza a toréé 19 corridas dans les arènes de Nîmes et a coupé 40 oreilles là-bas et 5 queues pour 15 sorties en triomphe.
Le 11 mars 2005, il demande l'indulto à Durango (Drapeau du Mexique Mexique) pour un taureau de Bernaldo de Quitos. Il obtiendra deux oreilles et la queue symboliques.
Cavalier particulièrement doué, il devient une figure indiscutable du rejoneo dès 1994. Il se produit dans les plus grandes ferias, notamment en France, lors des rencontres équestres de Méjanes, et des Saintes-Maries-de-la-Mer.
Le 30 avril 1995, il triomphe à Séville avec un cheval de légende : « Cagancho » avec lequel il obtient une ovation dans les arènes de la Real Maestranza
En 2009, sa suprématie a été une nouvelle fois incontestable avec 63 corridas toréées pour 128 oreilles et sept queues coupées arrivant pour la quatrième année consécutive en tête de l'escalafón.
 
- Jose Maria Manzanares:


Le père : Il débute très tôt dans la profession. À dix sept ans, il se présente en novillada piquée à Benidorm. On lui prédit une carrière dorée, mais très vite le jeune prodige déçoit ses admirateurs par son « aboulie ». Il faudra attendre l'arrivée de Paco Ojeda pour que le matador d'Alicante, piqué au vif, relève le défi, et redevienne le torero magnifique qu’on avait deviné à ses débuts. Séville qui l'a longtemps boudé, et Madrid qui ne lui pardonnait pas son apathie, le reconnaissent comme « figure », titre que la profession lui avait déjà décerné en le surnommant « le torero des toreros ».
Manzanares était un torero classique et élégant, d'une très grande technique, excellent au capote et profond à la muleta, ce qui lui a valu de très nombreux admirateurs. Il aurait pu sans doute être l'un des plus grands matadors du siècle s'il n'avait fait preuve d'une grande indolence qui lui fit connaître aussi de nombreux insuccès. Mais à un journaliste qui lui reprochait ce trait de son caractère, il répondit « Si je n'avais pas été indolent, je n'aurais pas été Manzanares ».
À dix-huit ans, lors de son alternative, Manzanares a reçu deux oreilles et la queue du toreau Rayito de l'élevage d'Atanasio Fernández. Il est sorti par la grande porte avec son parrain Luis Miguel Dominguín, qui avait coupé, lui aussi quatre oreilles et une queue. Surnommé par Jacques Durand le «torero de soie» et par Pierre Albaladejo « torero de velours », Manzanares avait pour lui la grâce, l'élégance, le temple, qui font les grandes figuras. Sa carrière, globalement brillante malgré quelques trous, vaut et par sa durée et par de grandes faenas.
Adoré du public d'Alicante, alors que le maire l'avait écarté de la feria organisée par la municipalité, le public ovationne « Manzanares » présent dans les gradins, et l'équipe municipale perdra les élections suivantes.
Pour Manuel Lízon, critique taurin et professeur de littérature espagnole, Manzanares est le meilleur torero de l'histoire d'Alicante. Il le juge comme un torero exemplaire à qui il a juste manqué un peu d'ambition».
Il se retire des arènes après une corrida à Séville le 1er mai 2006.
 
Son fils, José María Dolls Samper, ( c'est de lui dont il s'agit) est lui-aussi matador, sous le même apodo. José María Dolls Samper dit « Manzanares », né le 3 janvier 1982 à Alicante (Espagne) est un matador espagnol.
En 2010, année tronquée par des blessures, il a toréé 47 corridas, coupé 74 oreilles et 2 queues. Le 30 avril 2011, il obtient la grâce historique du toro Arrojado, de la ganadería Nuñez del Cuvillo, dans les arènes de Séville, ce que personne avant lui n'a jamais fait auparavant.
  • Débuts en novillada avec picadors : Nîmes (France, département du Gard) le 22 février 2002 aux côtés de David Luguillano et Juan Bautista. Novillos de la ganadería de Victoriano del Río.
  • Alternative : Alicante le 24 juin 2003. Parrain, Enrique Ponce ; témoin, Francisco Rivera Ordóñez. Taureaux de la ganadería de Daniel Ruiz.
  • Confirmation d’alternative à Madrid : 17 mai 2005. Parrain, César Jiménez ; témoin, Salvador Vega. Taureaux de la ganadería de Garcigrande.
  •  
    décoration des Arènes par le peintre Loren
       
    Musique : les Choeurs de Voce et l’orchestre Chicuelo 
     
     
    Dimanche 9 Septembre 
     
    11H Novillada sans picadors (Classe pratique)
    organisée par l’Ecole Taurine d’Arles, entrée gratuite sur invitation (nous contacter). 
     
     
    17H Corrida Concours de Ganaderias
  •       
  •  
    L’essence de la Fiesta. Parce qu’elle est le miroir de ce que le spectacle Tauromachique devrait toujours être, la Corrida Concours est un spectacle initiatique obligé pour tout aficionado désireux de percevoir l’essence de la Fiesta
     
    6 ganaderias en compétition
     
    - Carriquiri
    -Concha y Sierra
    - Penajara- Escolar Gil
    – Adelaida Rodriguez
    – Robert Marge
       
    Les Matadors
     
    Lopez Chaves
    – Javier Castano
    – Yvan Garcia
  • RESULTATS : Pour la corrida concours d'élevages, désormais régulièrement inscrite au programme de la Feria du riz à Arles, aucune oreille n'a été coupée dimanche par les toreros et aucun vainqueur n'a été désigné pour distinguer le toro le plus complet de la compétition.
    Pour cette corrida, ont été respectivement combattus les pensionnaires des élevages Carriquiri, Partido de Resina, Peñajara, José Escola, Adelaida Rodriguez et Robert Margé, formant un ensemble de présentation très inégal.

     

    Face à ce lot, aucune faena, avec des séries de muleta vraiment liées, n'a été à mettre à l'actif des maestros.
    Face à ses deux adversaires, Domingo Lopez Chaves a été réduit à proposer des passes hachées et sans aucun relief artistique, au même titre que son compagnon de cartel Ivan Garcia, jamais dominateur.
    Seul Javier Castaño a confirmé son rang au sein des matadors pouvant affronter des toros de grands dangers. Le pensionnaire de l'élevage d'Adelaida Rodriguez, aux armures impressionnantes et au caractère très violent, lui a d'ailleurs donné l'opportunité de montrer sa constante vaillance et sa technique dans les situations les plus complexes.
    Arènes d'Arles: corrida de concours de la Feria du riz
    Domingo Lopez Chaves: silence et silence
    Javier Castaño: silence et saluts
    Ivan Garcia: silence et silence
    Bétail: toros des élevages de Carriquiri, Partido de Resina, Peñajara, José Escola, Adelaida Rodriguez et Robert Margé, formant un ensemble très inégal. A l'issue de la corrida, le prix au meilleur toro n'a pas été attribué.
    Temps: ciel dégagé
    Entrée: 4.000 spectateurs
  •  VIDEOS
  •            
     
    Location: 0 891 70 03 70
    Du Lundi au Vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h
    Le Samedi de 10h à 13h
     
 
Image illustrative de l'article Manzanares (José María Dolls Samper)     
 
         

     

Partager cet article

Repost 0
Published by EOLE - dans actualité
commenter cet article

commentaires