Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 04:20
Aprés avoir écrit ce texte, je ne trouve pas de mots pour qualifier le degré d'irresponsabilité de tous ceux qui depuis (1912), sont chargés de gérer notre territoire...  Pour la décharge d'Entressen, leurs mensonges continuent ... Témoin cette modeste approche de l'hydrologie locale, dont on se garde bien de parler ... Si ce n'est pour dire que tout va bien !...
 
 
 
 
eaux-entressen-001.jpg
 
L'EXISTENCE D'UNE RIVIERE TEMPORAIRE !
La pluie diluvienne du 28 septembre 1905, y a montré l'existence d'un véritable cours d'eau temporaire ! Ce jour là, ce fut toute une partie de la commune qui fut inondée suivant un axe NNE à SE; pour être plus précis un véritable fleuve a été formé par les eaux de ruissellement, avec pour point de départ le mas des Quatre - Vents et Calameau au nord (altitude 50 - 52 mètres) , pour aboutir vers le Sud - Ouest dans la cuvette géologique des environs de la bergerie de Peyre - Estève (altitude 22 mètres) .
Le "fleuve" en question mesurait environ 12 km et avait une pente de 2,50 mètres ! "Une véritable rivière venue de Calameau, inonda tous les abords"... Le descriptif de la rivière est assez peu précis; elle faisait en moyenne 20 mètres de large, entrecoupée de quelques lacs, nous pensons les situer à la hauteur de l'étang actuel, au mas d'Espale, dans la zone comprise entre le Grand Mas et le mas Arduin, sans oublier la bergerie de Peyre Estève.
 
     
L'ETANG D'ENTRESSEN 
 
Il aurait été formé par ces mêmes eaux de ruissellement, puisque au XIème siècle on ne parle que d'un marécage... L'étang est situé dans un thalweg ou cuvette qui affiche une profondeur à une altitude de 25 mètres environ. Les rives de l'étang sont à environ 35 mètres d'altitude. La hauteur d'eau peut être sujette à d'importantes variations. Les anciens citent le cas de l'année 1886, où l'étang déborda !...
La présence au début du Moyen - Age d'un ancien marécage permanent et d'une fontaine prés de la Tour, peuvent indiquer que l'étang est légèrement alimenté ou jouxte la partie haute d'une nappe souterraine... Et si de nos jours l'étang a une surface de 100 hectares, elle n'était que de 70 hectares en 1786 et de 85 en 1900...
La photo aérienne ci-dessous montre le lieu le plus profond, et donc le plus ancien de l'étang (en clair sur l'image)...
  entressen-etang-001.jpg
 
 
Les locaux disaient qu'à certaines périodes de l'année, tout particulièrement aprés une saison séche, l'eau devenait saumatre...
Les chercheurs de l'époque trouvèrent la solution : l'étang n'ayant pas de déversoir, la quantité de sels ne sortait pas de la cuvette; la nature saumatre de l'eau, était donc dûe aux eaux de ruissellement et d'infiltration alliées à une trés forte évaporation et de fait ces facteurs étaient responsables de l'augmentation de la salinité de l'eau de l'étang...
En janvier 1906 un propriétaire local (Louis FOURNIER) fit faire aprés une saison de fortes pluies, des analyses de l'eau de l'étang. Les résultats furent les suivants :
 
 
Résidus à 100° : 1,81 gr/litre
Chlore : 0,582 gr/litre
Acide sulfurique : 0,441 gr/litre
Chaux : 0,26 gr/litre
Magnésie : O,12 gr/litre
Absence de nitrites et de nitrates
 
D'où la composition chimique qui montrait en fait que l'étang était rempli d'une eau pratiquement pure, essentiellement d'origine pluviale :
 
Sulfate de magnésium : 0,36 gr/litre
Sulfate de calcium : 0,22 gr/litre
Carbonate de calcium : 0,20 gr/litre
Clibime de sodium : 0,96 gr/litre
Matières organiques et pertes : 0,07 gr/litre
 
  L'ETANG DES POULAGERES
Nous sommes donc en janvier 1906, soit 6 ans avant que ne soit démarée la future décharge des gadoues de Marseille, sise au tout début, rappelons - le, au mas des Poulagères ...
Or il se trouve qu'entre ce mas et le mas du Rigau au sud de l'étang d'Entressen, existait au minimum un marécage, sinon une étendue d'eau, comme le montre en parti cet extrait de carte d'avant 1900...
 
rigau-1900-001.jpg
 
Vers 1900, l'étang des Poulagères était une "langue de terre humide" d'une surface de 9 hectares, comprendre d'une longueur de 2 km et de 500 mètres en moyenne de large... La présence de cette eau stagnante, ne peut être expliquée sur le plan géologique, que par l'existence dans l'axe Ouest - Est de la faille dite des Poulagères , profonde en certains endroits d'une dizaine de mètres...
       Aujourd'hui le site de l'étang des Poulagères est totalement recouvert par l'actuelle décharge...
 
La pollution minérale et microbiologique de l'ensemble des eaux locales, est donc patente et ce depuis le début de l'exploitation de la décharge, soit 1912 !
Ceci prouve que l'actuelle décharge d'Entressen est d'une façon ou d'une autre directement en contact avec l'étang du même nom, lui même en rapport direct avec l'ensemble des canaux qui en découlent !
  
 
Un siècle de pollution, rien que çà !...
 
Alors, qu'en est - il de nos jours des mesures de surveillance ? Il semble que la surveillance officielle ignore l'aspect de l'analyse microbiologique ... En 2010, seuls 5 critères sont analysés (températures de l'eau suivant la profondeur, la conductivité, l'oxygène dissous, la saturation en oxygène )...    
Mais si ces critères ne sont pas suffisants à notre goût, ils en sont tout de même quelque peu parlants...
 
002.jpg
Entre le 05 mai et le 1 octobre, les températures relevées (entre 16 et 24°) quelques soient les profondeurs montrent que l'étang est un véritable "Bouillon de culture"....
conductivite-001.jpg
Le diagramme de conductivité des eaux, indique une eau trés minéralisée quelque soit la date du prélèvement; ce constat est totalement contraire au prélèvement effectué en janvier 1906...
003.jpg
Entre le 5 mai et le 18 août, l'oxygène dissous est pratiquement inexistant quelque soit la profondeur de la mesure...
 
 
004.jpg
 
 
La saturation en oxygène, montre qu'entre le 5 mai et le 1 octobre, les eaux de l'étang peuvent être qualifiées de "mortes" entre au mieux 4 mètres et le fond de l'étang...
 
conductivité 001
 
  La composition physico - chimique de l'eau (curieusement effectuée en fin d'hiver, là où l'eau est sensée être de la meilleure qualité) indique une eau trés riche en hydrogénocarbonates, de dureté extrêmement forte. L'eau est trés minéralisée et les concentrations en sulfates et chlorures sont particulèrement élevées !
 
 
mineralisation-001.jpg
 
 
 
  On s'en doutait, l'eau de l'étang est un véritable réservoir de polluants... A preuve ces deux tableaux concernant les pollutions organiques et minérales :
 
polluants-1-001.jpg
 
 
  polluants-2-001.jpg
 
    Et ne parlons pas du taux de PCB, qui est vraiment faramineux... Pour éviter d'alourdir le contenu de ce travail, nous vous invitons à consulter le rapport des campagnes de prélèvements...
Ce que contiend l'eau de l'étang d'Entressen, (rappelons que des gens y pêchent, mangent leurs poissons, ou s'y baignent...) :
 
POLLUANTS-001.jpg
 
 POLLUANTS-2-001.jpg
 
 
POLLUANTS-3-001.jpg
    
LES FOSSES MEYROL ET LUQUIER
Outre l'alimentation de l'étang en eaux pluviales, il existait vers cette date, mais dans une trés faible proportion, un apport liquide fourni par des fossés d'irriguation, creusés et entretenus par les propriétaires terriens...
En 1817, le chevalier Cappeau (in, De la compagnie des Alpines, d'Istres et d'Entressen, Aix) signale l'existence d'un groupement de propriétaires sous le nom de Corps des Maires ou Mères d'Entressen, dont le but était d'entretenir et de récurer les fossés.
De quels fossés pouvait - il s'agir ? Il semble que l'initiative d'irriguer les "terres stériles" de Crau, revienne aux propriétaires du Nord de la commune :
- A quelques 5 km à vol d'oiseau du sud de l'étang (la zone la moins haute), passe la branche des Alpines du canal de Langlade. Les agriculteurs des mas de Craponne et des Alouettes voulant irriguer leurs terres, creusèrent le Fossé Meyrol qui a en moyenne une pente de 1 mètre / kilomètre.
- Le Fossé de Luquier qui prend sa source dans cette même branche du canal de Langlade, à la hauteur du mas Saint Louis (altitude 55 mètres) et se déverse dans l'étang du même nom (altitude 50 mètres). Là aussi on retrouve un fossé ayant une pente moyenne (orientée Nord - Sud) de 1 mètre/kilomètre.
 
FIN DE LA PREMIERE PARTIE

Partager cet article

Repost 0

commentaires