Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 06:02

 

 

 

 

 

 

Dans la plaine de la Crau, depuis plusieurs générations, les bergers ont confié à la pierre le souvenir de leurs séjours dans ces solitudes plates et venteuses, souvent battues par le mistral : des centaines d’inscriptions profondément gravées sur les murs des bergeries et les puits.

Cette multitude de signes et de noms excite la curiosité et l’imagination. On y verrait volontiers les traces d’une longue généalogie de pastres nous ramenant à l’époque où les premiers bergers provençaux poussaient leurs troupeaux dans ce qui était alors une vaste steppe trouée çà et là de quelques étangs.

Si ces graffiti ne nous permettent pas de remonter aussi loin dans le temps (les plus anciens trouvés à ce jour datent du dix-huitième siècle), ce patrimoine méconnu, laissé en pâture aux lichens et à l’érosion, compte pourtant parmi les archives les plus précieuses de la transhumance dans le sud-est de la France, des archives de plein air.

LIVRES

 

Sous la direction de Patrick Fabre et Guillaume Lebaudy
Préface de René Tramier
Images En Manoeuvre

Editions
Maison de la Transhumance

 

SCULTEUR D'AUJOURD'HUI : Michel CARNINO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fusteja : (sculpter le bois). Quelques unes de ses oeuvres sont aujourd’hui dans des musées : Bergerie Nationale de Rambouillet, Musée de Gap, Musée des Arts et Traditions Populaires à Paris où, dans la galerie culturelle, on peut admirer un de ses plus fameux bâtons où il a sculpté le passage du Tour de France 1952 au col de Montgenèvre, à quelques encablures de sa montagne d’estive.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En Crau ou dans les Alpes, tous les bergers qui se souviennent de lui s’accordent à reconnaître que Michel Carnino (originaire de L’Argentière-La Bessée, Hautes-Alpes) était le plus doué d’entre eux pour la gravure sur bois ou sur pierre : En 1962, Michel Carnino a fait sur la bergerie de Peau de Meau une des plus belles gravures de la Crau : une tête de flouca (bélier castré utilisé comme meneur) portant un redon de transhumance et un floc (touffe de laine) sur le dos. Mais c’est surtout dans le travail du bois qu’il excellait. Sur un bâton qui ne le quittait jamais, il avait minutieusement représenté la transhumance de son troupeau de la Crau jusqu’aux Alpes.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires