Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 00:11

 

Le Graal est un objet mythique de la légende arthurienne, objet de la quête des chevaliers de la Table ronde. À partir du XIIIe siècle, il est assimilé au Saint Calice (la coupe qui a recueilli le sang du Christ) et prend le nom de Saint Graal. La nature du Graal et la thématique de la quête qui lui est associée ont donné lieu à de nombreuses interprétations symboliques ou ésotériques, ainsi qu'à de multiples illustrations artistiques....    

 

 

Le GRAAL et les recherches récentes

Dans les années 1980, Henry Lincoln, Michael Baigent et Richard Leigh donnent une interprétation allégorique toute personnelle du Graal dans leur essai L'Énigme sacrée. Selon eux, le Graal serait une métaphore pour désigner une descendance cachée qu'aurait eu Jésus, du fait d'une supposée union avec Marie-Madeleine. Saint-Graal serait en l'occurrence une déformation de Sangréal signifiant « sang royal », dans le sens de « lignée royale ». Ce pourrait être aussi, par métonymie, Marie-Madeleine elle-même en sa qualité de « porteuse » de cette descendance (la fonction du Graal à « recueillir le sang du Christ » étant en cela censée arborer un statut de métaphore).
Cette interprétation sera notamment reprise par Lynn Picknett et Clive Prince pour leurs travaux publiés en 1997 sous le titre de La Révélation des Templiers, et par Dan Brown dans son roman Da Vinci Code où il laisse un hommage caché à Michael Baigent et Richard Leigh à travers le personnage de sir Leigh Teabing, Leigh étant le nom de l'un et Teabing, une anagramme de Baigent.
 

  Une autre interprétation a été proposée par Jean Markale mais est controversée : pour lui le terme médiéval Sangréal peut se lire « San gréal » (saint Graal, la lecture habituelle) mais aussi « Sang réal » (sang royal), ce qui établirait un lien avec la dynastie du roi Pellès).

 


Le GRAAL et ses fausses représentations

L'Eglise catholique romaine se devait de posséder LA relique; vraie ou fausse qu'importe ! Inventé avant tout, pour asseoir telle ou telle puissance, on retrouve la trace d'un GRAAL - SYMBOLE dans les grandes dynasties de l'Europe du Moyen-Age à savoir :
- Le
Saint Calice de Valence (Espagne)Santo Caliz de la Cathédrale de Valence enEspagne :saint Laurent,diacre du pape Sixte II, l'aurait fait envoyer dans son village natal de Huesca.

Lors de la conquête musulmane, il aurait été caché dans les Pyrénées du Sud. Vers 1070, le Saint Calice est placé aumonastère de Saint Jean de la Peña. En 1399, le roi Martin Ier d'Aragon le fait transporter au Palais de la Aljafería de Saragosse puis à Barcelone. En 1416, son petit fils Alphonse V de Portugal le transfère dans son palais royal de Valence (Espagne). Son frère Jean II de Portugal qui lui succède le redonne à l'Église catholique, qui le conserve depuis à la Cathédrale de Valence.
- Le
Sacro Catino de Gênes en Italie .
- Le Calice d'
argent d'Antioche conservé au Metropolitan Museum of Art àNew York, cet objet était présenté comme le Saint Calice. Il date du VIe siècle et aujourd'hui on pense plutôt que cet objet servait de lampe.
- Le
Saint Vase, rapporté par les croisés de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople à Troyes.

 


Et puis, il a existé en Provence,  

le GRAAL, dont personne n'a jamais parlé.... 

 

Nous en avons retrouvé une représentation iconographique ...

 

Reliquaires-de-Provence-001.jpg 

 Les reliquaires les plus précieux de Provence

 Il s'agit du second objet à partir de la gauche, un reliquaire en or massif, qui contenait le vase renfermant de la terre teinte du sang de Jésus - Christ ( le quatrième reliquaire à partir de la gauche)...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires