Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 04:57

  Jean SERVONNAT, architecte et historien des Amis du Vieil Arles nous avait gratifié d'une brève étude sur les anciennes sources de Pont de Crau...  Dans le cadre de nos recherches sur la nature du sous - sol du Pays d'ARLES, nous avons décidé d'approfondir le sujet en général, en identifiant entre autres, les sources naturelles chaudes, froides, et celles issues des phénomènes d'infiltration des eaux.

De façon globale, ces sources, sont en effet révélatrices d'une ou de plusieurs failles et rivières souterraines et nous renseignent donc sur la nature du sous-sol... Notre travail commence sur le  plateau de Crau, avec la recherche des sources chaudes ...

  

LES SOURCES CHAUDES

 

Ces eaux semblent suivre une direction précise que nous avons représenté sur la carte IGN ci - dessous. Nous qualifions cette faille géologique de "principale", en ce sens que c'est probablement par là ou dans cette direction, qu'ont été véhiculées les ondes sismiques du tremblement de terre de Rognes.

D'aprés d'autres renseignements que nous avons, il semble que cette faille continue vers la Camargue, où nous avons identifié du côté de Gimeaux, une autre source chaude, qui pourrait confirmer le tracé de l'onde sismique du début de 1900, et dont nous parlerons plus tard ...

 

onde-rognes-a-montpellier-001.jpg

 Axe de la faille ROGNES - MONTPELLIER

 faille-de-pont-de-crau-001.jpg

La faille de Pont de Crau ?

 

La Font de Lavabre

 

La source (réputée chaude) était située du côté de Fourchon, trés exactement entre le mas de Bédaride et le mas de Lion (altitude + ou – 7.50 m) et au mas dit " de la Font de Lavabre" ... 

Le mas apparaît sur la carte d'Etat – Major de 1900 :

 

lavabre--1900-001.jpg

  Existait - elle auparavant ?  Rien n'est moins sûr, puisque Estrangin dans son étude sur la source thermale du Moulin de Magnan ne la signale pas... Est - elle apparue à l'époque du tremblement de terre de ROGNES ?...

Le fait est que la source et le mas ne sont pas indiqués sur la carte de Cassini :

 lavabre--cassini-001.jpg

Il semble que ce soit de nos jours un mas sans nom, à 200 mètres vers l'Est depuis le mas de Bédaride (qui ne porte plus ce nom), en direction en effet, comme le mentionne J. SERVONNAT (BAVA 139), du mas de Lions ...

 lavabre--2012-001.jpg

La Font de Lavabre de nos jours

 

  ancien-mas.-Font-valabre-001.jpg

Ancien mas de Font Valabre, vue aérienne

Bien entendu, nous nous sommes rendus sur place... Et de toute évidence, il ne reste rien de cette fontaine d'eau chaude. Le propriétaire semble bien au courant de ce vestige, et pense qu'elle se trouve (cf photo aérienne, ci dessus) quelqur part dans le bosquet d'arbres, en bas de la photo...  Il ne reste donc plus qu'à creuser !... 

Le moulin de Magnan

 

    Nous avions consacré un article sur ce mas... Nous le reproduisons ci - dessous... Ce n'est plus de nos jours une source, mais bien un accés à une nappe phréatique : 

 magnan 001

Le mas de Magnan

 

CAMARGUE-INSOLITE était resté trés discret sur une information reçue d'une de ses lectrices : " Il existe à ARLES, un lieu dit curatif, où autrefois, les habitants venaient se baigner"... " C'est notre fils qui nous a mis la puce à l'oreille; quand il était tout jeune, il s'amusait dans un mas proche de la ville... Dans ce mas, il y avait une cave, qui donnait accés à une sorte de grand lac souterrain...".

L'équipe de CAMARGUE-INSOLITE, a fait des recherches, et a identifié ce lieu:

- D'abord, il est exact qu'autrefois (la source en question a été découverte en 1680) la ville possédait des bains thermaux en ce lieu, exploités probablement depuis l'époque romaine (NDLR, la présence toute proche, au mas d'Artaud, d'une villa romaine est avérée).

- L'exploitation de ces Bains jusqu'à la Révolution, c'est à dire pendant environ un siècle, a permis de soigner bon nombre d'arlésiens, le site est tombé dans l'oubli...

Il y avait bien une inscription en latin, mais elle a disparu... Ceci étant dit, un chroniqueur arlésien de cette époque, l'avocat jean julien Estrangin, nous a laissé une description du lieu. Les détails qu'il nous donne, nous ont été largement suffisants pour identifier l'endroit et le comparer aux dires du fils de la vieille dame, qui nous relatait cette histoire...

Cette eau, était reconnue comme étant légèrement chaude à certaines époques de l'année; elle serait donc en contact épisodique avec une faille d'origine volcanique, peut-être celle qui a fait trembler les villages de ROGNES et de LAMBESC, mystère... Opinion, qui aprés tout n'est peut-être pas aussi ingénue.

D'autant que si l'on considére le schéma de propagation de l'onde sismique lors du tremblement de terre du 11 juin 1909, publié ci-dessous, on constate que l'intensité maximum de la propagation s'est produite dans l'axe EST-OUEST, à savoir la ligne droite: MONTPELLIER, via SAINT GILLES puis ARLES, MOURIES, EYGUIERES, SALON, LAMBESC, ROGNES...

A méditer pour l'avenir (tracé du futur TGV, pipe-lines à venir... etc) ...

s-isme-Provence-001.jpg

 

C'est de la faille de la Trévaresse, dont il est question qui depuis Salon continuerait vers Raphèle puis Arles (axe du tremblement de terre) :

Carte des isoséistes du tremblement de terre de Lambesc de juin 1909

Quant à notre source thermale, CAMARGUE-INSOLITE publiera prochainement un reportage photo et peut-être vidéo, sur ce fameux lac souterrain ...

 

LES  SOURCES FROIDES NATURELLES

 

La source dite de Charlemagne

 

Elle était située entre les mas de Thommassy et de Fourchon (altitude + ou – 15 mètres).

    source-charlemagne-001.jpg 

La source dite de Charlemagne

 

LES SOURCES DE TYPE RESURGENCE

 

Elles apparaissent dans le bas du quartier de Pont de Crau, peu de temps aprés le creusement du Canal de Craponne et sont considérées comme étant des résurgences des eaux d'infiltration de ce canal; c'est le secteur compris entre la chute de la cascade (carrefour des routes d'Eyguiere, Raphèle) et le bas de Pont de Crau.

 

La fontaine des ânes

 

 C'est là que s'abreuvaient les ânes qui autrefois, menaient le blé aux moulins de Pont de Crau...

 

 

La source de Crau

 

 

La source dite "du Cabaret"

 

Elle fut identifiée par un des auteurs de l'article vers l'an 2000, alors qu'il effectuait une mission de pompage à l'Hôtellerie de la Source (qui donc porte bien son nom), pour les Pompiers d'Arles: " Nous sommes intervenus pour pomper l'eau qui avait envahi une cave du bas Pont de Crau, j'ai effectué un épuisement d'eau très claire (donc de résurgence) dans une cave en pierre de la place du Cabaret Neuf lors d'un épisode pluvieux. Si mes (vieux) souvenirs sont bons, c'était dans une des maisons comme indiquées ci-dessous par les flèches rouges (il me semble que l'accès à la cave se faisait par une porte située sous des escaliers extérieurs) :

 

Sources_pompier--1-.jpg

 Résurgence du Bas - Pont de Crau

  Encore que l'on sait   qu'un courant d'eau vive qui serait parfaitement claire et potable, circule dans l'ancien lit du fleuve, en bas de Pont de Crau. Le débit de ce filon serait trés important; il a été mis en évidence lors de sondages effectués lors de la construction du viaduc du chemin de fer... 

     

 

A SUIVRE

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by EOLE / Le RUTENE - dans HISTOIRE D'ARLES
commenter cet article

commentaires