Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 05:52

 

Municipales 2014 

au niveau national

 

La bébête qui monte, qui monte ... 

 

En septembre 2013 :

 

26% des Français pour un vote  sanction

 

A la mi - février 2014 :

 

34 % des Français vont voter FN

 

 

"Si février est chargé d'eau

Le printemps n'en sera que plus beau" ...

(Ancien dicton arlésien)

 

 

Les enjeux nationaux sont loins d'être les motivations principales du vote aux prochaines municipales, plus de six électeurs sur dix votant d'abord pour des considérations locales, si l'on en croit un sondage Ifop pour le "Journal du dimanche".

Selon cette enquête d'opinion parue dimanche 29 septembre, 61% des personnes interrogées voteront "principalement en fonction de considérations locales".

La volonté de "sanctionner la politique du président de la République et du gouvernement" est exprimée par 26% des sondés, seulement 10% comptant au contraire la soutenir et 3% ne se prononçant pas.

Lors du précédent scrutin municipal, une enquête de l'Ifop de mars 2008 montrait là encore la priorité donnée aux enjeux locaux (66%), devant la volonté de sanctionner (21%) ou soutenir (10%) le pouvoir en place.

Quatre enjeux se détachent parmi ceux qui vont compter le plus dans l'isoloir : la fiscalité (32%), la sécurité et l'emploi (30% tous les deux) et enfin l'éducation (26%). Viennent ensuite le cadre de vie et l'environnement (19%), l'action sociale (17%), le logement (15%), l'animation et la propreté (9% chacun) et enfin les conditions de circulation (8%).

 Sondage effectué les 27 et 28 septembre par téléphone auprès d'un échantillon représentatif de 1.024 personnes françaises de 18 ans et plus (méthode des quotas).

 

MAIS DEPUIS...  

 

1 - L'exécutif rechute nettement en février. Hollande atteint le deuxième plus bas niveau pour un Président en 33 ans de mesures BVA

François Hollande chute lourdement en ce début de février, reculant de 4 points par rapport à janvier pour tomber à 27% de bonnes opinions, soit à la fois son deuxième plus bas niveau personnel et le deuxième plus bas niveau historique pour un Président sous la Vème.Si l'Affaire Gayet ne lui a guère coûté, la conjonction des mauvais chiffres du chômage et de la politique économique plus libérale assumée par le Président avec, notamment, le Pacte de responsabilité, lui font grand tort sur sa gauche.Il perd ainsi 8 points en un mois auprès des sympathisants de gauche (61% de bonnes opinions contre 69% en janvier) et surtout 15 points auprès des sympathisants d'extrême-gauche (30% de bonnes opinions contre 45% en janvier).Comme toujours, la courbe du Premier ministre suit la même pente que celle du Président. Jean-Marc Ayrault perd 2 points, tombant à 26%, soit son deuxième plus mauvais score depuis son arrivée à Matignon.D'un point de vue national, la campagne des municipales s'annonce bien mal pour la gauche avec de tels niveaux de rejet du Président et du Premier ministre et avec 70% de Français ne jugeant pas leur politique « juste » et 82% ne la trouvant pas « efficace ».


2 - Valls poursuit sa chute : -5 points en février et -11 points depuis le début de l'année. Il est désormais très nettement devancé par Juppé et à portée du troisième, Jean-Louis Borloo

Valls n'en finit plus de subir les conséquences de l'affaire Dieudonné. Après avoir chuté de 6 points le mois dernier, et perdu la première place pour la première fois depuis plus de 18 mois, le Ministre de l'Intérieur perd encore 5 points ce mois-ci. 11 points en deux mois. C'est qu'après la mauvaise séquence Dieudonné, qui avait donné le sentiment aux Français que Manuel Valls se dispersait, ils ont entendu ces dernières semaines les annonces sur les mauvais chiffres de l'insécurité. Il paye par ailleurs ses propos sur la « manif pour tous » subissant une très lourde chute à droite.Autre victime de la « manif pour tous » : Peillon qui perd 3 points pour chuter à la 25ème place de notre cote d'influence.A droite, Nicolas Sarkozy confirme par l'absurde que son rôle de recours implique un silence absolu pour être efficace : en ce mois où l'on a beaucoup vu l'ex-Président et où l'on a beaucoup entendu parler de son retour par ses lieutenants il perd 7 points auprès des sympathisants de l'UMP !

3 - Les Français, eux, auraient nettement approuvé une loi famille et sont beaucoup plus « ouverts » sur les nouvelles formes de famille qu'il y a 12 ans

La « manif pour tous » conduit souvent les commentateurs à en déduire que la France serait devenue plus conservatrice dans ses valeurs sur la famille. Il n'en est rien. BVA suit depuis 12 ans une batterie d'items mesurant le rapport des Français à la famille. Or la comparaison 2002-2012 montre que le modèle de la famille a encore nettement évolué en une douzaine d'années. Les Français sont désormais une majorité à considérer que « deux homosexuels vivant ensemble avec des enfants » (54%) ou « un homme et une femme divorcés ayant des enfants mais vivant séparément » (60%) correspondent à l'idée que les Français se font de la famille. Cela représente une évolution de 20 et 16 points en l'espace de 12 ans.Par ailleurs, s'agissant du projet de loi famille qui fit tant débat ces derniers jours, les Français donnent plutôt raison à la position initiale du gouvernement et peuvent lui donner des regrets d'avoir reculé : ils sont 71% à estimer que la loi doit tenir compte des nouvelles formes de vie familiale (familles recomposées, unions libres...) et seulement 28% à estimer que la loi devrait défendre « le modèle traditionnel de la famille ». Cela représente encore 6 points de progression par rapport à 2002.

 

Sondage réalisé par l'Institut BVA par Internet les 6 et 7 février 2014 auprès d'un échantillon de 973 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l'interviewé et du chef de famille) après stratification par région et catégorie d'agglomération. 

 

 

LE CAS ARLESIEN

 

Arles enregistre une population de 52 661 personnes. En l'espace de 3 ans, la ville a observé une baisse de sa population, passant de 52 729 à 52 661 personnes (source Insee). Avec à sa tête Hervé Schiavetti, Arles est classée à la 109ème place des villes de nos régions. En 2008, le taux d'abstention s'élevait à 34,99%, soit plus que le niveau atteint dans le pays. Le maire sortant, Hervé Schiavetti, a rassemblé 57,65% des suffrages en 2008. Arles est en conséquence administrée par une majorité union de la gauche doté de 38 représentants. Richard FLANDIN tête de liste UMP avait obtenu 18,47% des suffrages. Si on analyse la population de la ville d'Arles, on constate que les plus jeunes des habitants (-30 ans) représentent 34,4% des habitants d'Arles, ce qui est plus que le niveau atteint dans l'Hexagone. Une indication à ne pas oublier dans les anticipations de la conduite des électeurs qui vont se rendre aux urnes. La gestion économique constituera un enjeu important des élections de 2014. La commune est moins financièrement aisée que la moyenne des villes avec un revenu fiscal de référence de 19 473 euros contre 22 246 euros. D'autre part, le chômage est élevé par rapport à la moyenne française, à 16,6% de la population active contre 9,1% (informations Insee, en 2010).

 

LES ELECTIONS DE 2008

 

Liste des élus
 
Listes Tendance Nb élus
VIVE ARLES Union de la gauche 38
SCHIAVETTI Hervé - DUCROS Danielle - ROCHE Martial - ANTOGNAZZA Claire - GRZYB David - MAKLOUF Nora - KOUKAS Nicolas - PONZE Véronique - MASSON Jean-Luc - DURAND Claudie - MARTINEZ Philippe - LEPESANT Sylvia - MOURISARD Christian - CARLEVAN Sylvette - PLANELL Jean-Yves - ANDRE Florence - DERVIEUX Alain - VAN MUYSEN Stéphanie - RAFAI Mohamed - CALLET Arlette - GUEYRAUD Roger - AFKIR Yamina - RICHARD Daniel - LAUGIER Arielle - BACHEVALIER Jacques - PAUTONNIER Fabienne - DESMAZES Jacques - BAUDRY Minerva - DESCOUT Daniel - WANKO Cécile - EGIDIO Jean-Marie - CHABROL Ginette - BACCHI Bernard - AMOROS Maria - JOURDAN Bernard - PAC Josette - SCHNEIDER Lionel - TIBARON Monique
ARLES EN CAPITALE UMP 5
FLANDIN Richard - CHICCO Elisabeth - JUGLARET Cyril - BOUALEM MUR Muriel - MOULLET Jean-Christophe
ARLES NOTRE PASSION Div. droite 1
BERTHOMIEU Serge
FAIRE GRANDIR ARLES Div. droite 1
SAYN URPAR Louis

 

1er tour (9 mars 2008)
 
Listes Tendance % voix Nb élus
VIVE ARLES
Union de la gauche 57,65 % 38
ARLES EN CAPITALE
UMP 18,47 % 5
ARLES NOTRE PASSION
Div. droite 6,47 % 1
FAIRE GRANDIR ARLES
Div. droite 5,83 % 1
ARLES DE TTES NOS FORCES
Centre-MoDem 4,02 % --
UN AVENIR A CONSTRUIRE
Divers 3,43 % --
ARLES 100% À GAUCHE
Ext. gauche 3,05 % --
LUTTE OUVRIERE
Ext. gauche 1,07 % --
 
Nombre d'inscrits     36502
Nombre de suffrages exprimés     23731
Taux de participation     65,01 %
Blancs ou nuls (en % des votes exprimés)     3,14 %

 

OPINIONS LOCALES EN 2014

  En 2014, la situation politique arlésienne est trés différente de 2008... En tout et pour tout... L'état de la majorité municipale est à son plus bas niveau jamais enregistré... Les socialistes ont trés bien compris qu'Hervé SCHIAVETTI ne sera pas réélu... Aucun accord à ce jour (mardi 11/02/2014) n'a été signé ...

Du côté de l'opposition c'est pas mieux... L'UMP locale est trés fortement divisée depuis 2012, par les prises de position de Roland CHASSAING en faveur d'un rapprochement UMP - FN et, elle est maintenant minée par l'affaire JUGLARET...

Seul, le FRONT NATIONAL va profiter de la situation puisque dans la rue, 4 à 5 personnes interrogées (sur 10) déclarent ouvertement qu'elles voteront pour Pierre CHENEL ...

Suivant la même enquête, (effectuée avant l'affaire JUGLARET) la majorité actuelle et l'UMP ne totaliseront pas plus que 15% des voix chacune, et dans le meilleur des cas ...

L'équipe conduite par SAYN - URPAR dans laquelle on retrouvera une bonne partie de l'ancienne équipe de JP CAMOIN, ne recueuillera semble - t - il aucun élu !...

Mais il se dit aussi que nombre d'arlésiens, persuadés que sur ARLES, se sont toujours les mêmes qui repassent, n'iront pas vôter !...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by EOLE, vizir, J de Molay - dans actualité
commenter cet article

commentaires