Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 04:57
  Avec les trains, depuis ARLES, seul, en couple ou avec les petits enfants, voici de quoi occuper (sans utiliser sa voiture), une journée, voire un week-end...
 
 
 
  LES ANCIENS CHEMINS  
     DE FER DE PROVENCE 
 
EN TRAIN : DE NICE A DIGNE
 
 
 
Cette ligne, dont la construction a commencé en 1883, est faite de tronçons a priori indépendants mais finalement reliés entre eux. Au départ de Nice, il ne s'agissait d'abord que de désenclaver la vallée du Var, et notamment la sous-préfecture de Puget-Théniers. Au départ de Digne, on cherchait un débouché vers le sud (Draguignan) desservant Saint-André-les-Alpes et Castellane ; cette dernière est finalement délaissée au profit de la jonction avec le haut-Var et Nice, décidée en 1901.
Construite à partir des deux extrémités, la ligne est ainsi ouverte à l’exploitation par sections successives à partir d'août 1891, mais dans son intégralité seulement à l'été 1911. Elle offre la possibilité de relier Nice à Grenoble par un tracé plus court de 220 kilomètres que l'itinéraire PLM par Marseille.
 
La gare terminus de Nice, dite Gare du Sud, un bâtiment d'une architecture remarquable, est située à 400 mètres de la gare PLM. En 1899, un raccordement entre les deux gares est construit, qui fait circuler les trains de marchandises en pleine ville ; mais il n’est jamais mis en service pour les voyageurs, ce qui porte un tort considérable à la ligne Sud-France.
À Digne, les gares SF et PLM sont côte à côte, mais sans jonction en raison de la différence d'écartement des voies. Sud-France a essayé de trouver un accord avec le PLM pour améliorer la correspondance entre les deux réseaux, sans succès.
La Première Guerre mondiale et la concurrence routière naissante mettent à mal l’ensemble des lignes secondaires dans les années 20. En 1925, la mutation de Sud-France en compagnie des chemins de fer de Provence ne résout rien et la ligne, mise sous séquestre en 1933, est maintenue en activité par les Ponts et Chaussées. La mise en service d'autorails en 1935 apporte un souffle nouveau à la ligne et le trafic reprend. La Seconde Guerre mondiale lui porte un nouveau coup.
Depuis cette période, la ligne, régulièrement menacée de fermeture, doit sa survie au soutien des collectivités locales et de différentes associations. C'est jusqu'en 2003 la seule ligne de chemin de fer continentale ouverte au trafic régulier de voyageurs qui n'appartienne pas à RFF et ne soit pas exploitée par la SNCF.
 
 
 
 
A CHERCHER : LA LIGNE CENTRAL - VAR
DE NICE A MEYRARGUES
 
 
Initialement prévue en voie à écartement standard, la ligne fut ramenée à l'écartement métrique pour abaisser le coût de sa construction, en permettant des courbes plus serrées et des ouvrages d'art plus réduits. Les demandes des élus locaux qui souhaitaient être desservis donna à la ligne un tracé extrêmement sinueux.
L'inauguration officielle de la section Draguignan - Meyrargues eut lieu le 22 mars 1889. C'était la première fois en France qu'une ligne à voie étroite atteignait une centaine de kilomètres. À Meyrargues elle permettait, grâce à la proximité de trois gares (de trois réseaux différents) des correspondances vers le nord (Grenoble et la Savoie), vers le sud (Aix-en-Provence et Marseille) et vers l'ouest (Cavaillon et Avignon par la rive droite de la Durance, enfin Salon-de-Provence et Arles par les chemins de fer départementaux des Bouches-du-Rhône).
La construction de la section Draguignan - Grasse, dans un relief nettement plus tourmenté, nécessita la construction d’ouvrages d’art importants. Son ouverture au public eut lieu le 8 novembre 1890. Enfin, la section Grasse - Nice, concédée postérieurement au reste de la ligne, fut mise en service en juin 1892, en même temps qu'une première section de la ligne Nice - Digne, à laquelle elle se raccordait à Colmars.
Cependant, le profil d'ensemble de la ligne était devenu tel qu'il ne s'agissait plus d'une vraie transversale susceptible de concurrencer la ligne PLM entre la vallée du Rhône et l'Italie. La desserte devint très rapidement une desserte locale et ces omnibus furent vite concurrencés par l'automobile et les autocars. En 1944, l'armée allemande détruisit les principaux ponts situés dans les Alpes-Maritimes et la compagnie n'eut pas les moyens financiers de les faire reconstruire. Début 1950, la ligne est définitivement fermée.
Ce train, qui traversait sur des dizaines de kilomètres des forêts de pins méditerranéens, reçut le surnom de « Train des pignes » (pigne signifie pomme de pin, en provençal francisé). La rumeur prétendit que ce surnom évoquait la lenteur du train, qui permettait aux voyageurs de descendre ramasser tranquillement des pignes, ou encore le fait que, en cas d'insuffisance de charbon, les machinistes les utilisaient comme combustible... Après la disparition de la ligne, ce surnom affectueux fut reporté sur la ligne du nord, qui le porte toujours.
Le nom de « Central-Var » a été repris récemment par les promoteurs d'une ligne touristique sur réseau classique, un peu plus au sud, entre Carnoules et Brignoles.
 
 
A PIED OU EN VELO : LA LIGNE DU LITTORAL
 
DE TOULON A SAINT RAPHAEL
 
 
La construction d'une ligne d'intérêt local de Toulon à Saint-Raphaël (Var) fut décidée en 1884. À l'été 1889, la ligne était ouverte à la circulation de Saint-Raphaël à Cogolin - Saint-Tropez, et un an plus tard (août 1890) jusqu'à Hyères. Ce n'est qu'en 1905 que, forte de son succès, elle fut prolongée à l'ouest jusqu'à Toulon. Ce train était surnommé « le Macaron ».
Cette ligne désenclavait plusieurs communes importantes de la corniche des Maures, et acquit très vite un intérêt touristique important. La desserte par autorails à partir de 1935 eut un succès considérable.
La Seconde Guerre mondiale fut cependant fatale à la ligne, fortement dégradée en divers points par le débarquement allié du 15 août 1944, fut officiellement fermée en 1948, malgré un trafic très important.
La plateforme est actuellement transformée en voie verte (piste piétonnière ou cyclable) à la sortie est de Toulon, jusqu'à Bormes-les-Mimosas (le « chemin du train des Pignes ») et au Lavandou.
 
 
 
  TRAINS EXPRESS REGIONAUX
 
  DE NICE A TENDE : LE TRAIN DES MERVEILLES
 
train des merveilles 001
 
De Nice à Tende, plongez au cœur des vallées du Moyen et du Haut pays à la découverte des villages perchés ou nichés au creux des vallées.
Embarquez à bord du Train des Merveilles pour un des plus beaux trajets ferroviaires d’Europe !
 
 
 
Le Train des Merveilles relie Nice à Tende durant toute l'année : profitez d'un superbe voyage de 2h dans un cadre d'exception...
Du 1er Juin au 30 septembre et les week-ends de mai et d'octobre,votre voyage en Train des Merveilles est animé gratuitement par des guides conférenciers qui commentent le parcours en français et en anglais.Départ : 9h24 de la gare centrale Nice Ville.
Avec le Train des Merveilles, prenez de la hauteur !

Partant du niveau de la mer, la ligne ferroviaire Nice-Tende s’élève à plus de 1000 m d’altitude.

Véritable prouesse technique dans une région dense et accidentée, elle se distingue par une impressionnante succession d’ouvrages d’art : viaducs érigés en surplomb de véritables canyons et innombrables tunnels creusés dans la montagne (pas moins de 107, dont 4 de forme hélicoïdale !).
Découvrez un patrimoine artistique et culturel unique...
Laissez-vous transporter au cœur des Vallées du Paillon, de la Bévéra et de la Roya, et découvrez les joyaux de l'art baroque piémontais.
Offrez-vous la visite de Tende, cité médiévale fortifiée, où l’architecture mêle avec charme les styles baroques, gothiques ou encore Renaissance.
Faites une halte à Breil sur Roya, petit village abritant un surprenant écomusée des transports, ou à Fontan-Saorge, un des plus beaux villages perchés de France, niché à flanc de montage, abritant églises romanes et baroques, ainsi que des ruelles aux façades couleurs vives et aux charmes certains.
Profitez d’une halte pour vous rendre dans la Vallée des Merveilles, l’un des plus importants sites de gravures préhistoriques d’Europe.
...et profitez d'une escapade nature !
Amateurs de randonnées (asines, équestres ou à pied), empruntez les nombreux parcours de la Vallée et partez à la découverte d’une flore magnifique et rare, ornant les paysages grandioses du Parc National du Mercantour et ses 600km de sentiers balisés.
Passionné d’eaux vives, parcourez en kayak ou en rafting les canyons de Breil sur Roya, et pêchez la truite sur plus de 25 lacs et 120km de torrents aux alentours de Tende.
 
 
LE CEVENOL
D'ARLES A LANGOGNE (48)   
 
  ATTENTION, la SNCF se prépare à fermer la ligne, car pas assez rentable ! Il faut donc la fréquenter ! Le samedi matin, allez donc faire un tour au marché cévenol de LANGOGNE en Lozére...  L'aller - retour se fait trés bien dans la journée...
 
 
   
 
 
 
  EN VELO AVEC LES TER  
 
 
 
 
 

Voyagez en TER avec votre vélo : c’est un mode de transport gratuit, écologique et très pratique pour découvrir votre région comme vous ne l’avez jamais vue...

 

 

TER et mon vélo, comment ça marche ?

Vous n’avez pas besoin de réserver : tous les TER de la région PACA accueillent gratuitement votre vélo, dans la limite des places disponibles et à certaines heures, du lundi au vendredi (non acceptés de 7h00 à 9h00 et de 16h30 à 18h30).

 

Peut-on s’occuper de mon vélo ?

Le Service Bagages à Domicile peut, sous certaines conditions, prendre en charge votre vélo. Toutes les infos sur www.velo.sncf.com, rubrique "expédier son vélo".

Peut-on louer un vélo à l’arrivée ?

Oui, vous pouvez louer votre vélo avec TER. De nombreuses gares proposent ce service, renseignez-vous.

Pour plus d’informations :

- Rendez-vous sur www.velo.sncf.com, rubrique "Stationner son vélo" et "Découvrir les régions"

- Demandez au guichet de votre gare
- Appelez au 36 35 (0,34 € TTC/min) et dites "Billet" ou tapez 3 pour réserver par téléphone.
- Composez le +33 (0)8 92 35 35 35 (0,34 € TTC/min) pour des renseignements en langue étrangère

 

Bon à savoir :

Votre vélo est considéré comme un bagage: vous en êtes donc responsable tout au long du trajet.


Il est conseillé d’arriver environ 20 minutes avant le départ de votre TER pour charger votre vélo. Pensez aussi à préparer votre descente pour faciliter celle des autres passagers.

 

 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by EOLE - dans actualité
commenter cet article

commentaires

techcrunch.com 12/09/2014 09:17

Provence ne résout rien et la ligne, mise sous séquestre en 1933, est maintenue en activité par les Ponts et Chaussées. La mise en service d'autorails en 1935 apporte un souffle nouveau à la ligne et le trafic reprend. La Seconde Guerre mondiale lui porte un nouveau coup.

anti snoring 18/06/2014 11:56

I think using a train for leisure trips is truly a great feeling. In train, we can enjoy the beauty of nature to its fullest. It is because usually it passes through plane areas. Thanks for sharing your views on this topic.